jeudi 22 septembre 2016

Les Visions du Chevalier Tondal par Simom Marmion, 1470


Les Visions du chevalier Tondal (vers 1470) est un manuscrit écrit par David Aubert et enluminé par Simon Marmion. Il s'agit d'une traduction en français de la "Visio Tnugdali"  écrite par Marcus, un moine irlandais du XIIème siècle. Cet ouvrage, le seul manuscrit enluminé de ce texte, contient 20 miniatures. Il est actuellement conservé au J. Paul Getty Museum de Los Angeles.

Le manuscrit est commandé par Marguerite d'York, troisième épouse de Charles le Téméraire, duc de Bourgogne. Il fait partie d'un ensemble de textes visionnaires commandé par la duchesse à l'écrivain et traducteur David Aubert.










mardi 20 septembre 2016

Le mur de crânes et enterrement céleste au Monastère Dodoka


L'emplacement du mur de crânes est situé dans la préfecture de Nagchu dans la Région autonome du Tibet. Le mur de crânes Biru est situé sur le terrain du Monastère Dodoka (Duoduoka). Il contient 1000 crânes.

Le nom "Biru" signifiait à l'origine la "corne de yack tibétain femmelle", selon une saga locale, une tribu de yack femmelle s'installa dans cette région.

La légende concernant l'enterrement céleste raconte que Zhigungba Renqenbai mis en place le monastère Zhigungti dans la région de Maizhokunggar en 1179. Il y travailla durement afin d'aller de l'avant pour le perfectionnement du système de l'enterrement céleste (ou inhumation à plein ciel). Il veut marquer le fait légendaire accomplit par Sakyamuni, fondateur du bouddhisme, qui coupa sa chair afin de nourrir un tigre.

On peut constater, que seul le crâne est ici préservé.

Toutefois, une analyse de ce qui a été trouvé dans d'anciennes tombes au Tibet montre que le système a commencé au 7ème siècle.

Le monastère Dodoka se trouve sur une superficie d'environ 4000 mètres carrés. Il est composé de quartiers pour les moines vivants, une piscine de sépulture céleste faite de pavés, une dalle de pierre pour reposer les cadavres destinés à l'enterrement celeste - qui est entouré par un mur.

Pendant un enterrement rituel céleste, des plantes aromatiques sont brûlées, la fumée guide l'âme. Le corps humain sert d'objet sacrificiel à la Déesse et à d'autres divinités, qui sont invitées à porter l'âme des morts au ciel. En fait, la fumée résultant de la combustion des plantes aromatiques attire les faucons, des "oiseaux saints" aux yeux des Tibétains.

Le corps est posé sur une dalle de pierre mesurant 60 cm de hauteur, qui se trouve près d'un étang. Le corps, en position assise, est tranché. Ses os sont offerts en premier aux faucons. Les os et quelques restes sont ensuite offerts aux autres oiseaux charognards.

On entrepose les crânes sur des étagères de bois contre les murs sud et ouest. Il y a deux portes respectivement à l'ouest et au sud de la cour. La porte ouest sert uniquement aux êtres humains vivants, tandis que celle du sud est utilisées pour transporter les corps.







vendredi 9 septembre 2016

Les peintures symboliques de Gail Potocki


Gail Potocki est née en 1961 à Detroit, Michigan , Etats-Unis. Elle réside maintenant à Chicago..

L'artiste applique les styles des Maîtres de fin 19ème dans ses peintures modernes à l'huile. Elle a une préférence pour les portraits d'Antoine Van Dyck, d'Edward Munch, de Fernand Khnopff et de Dante Gabriel Rossetti.

Voici le lien de la série "Freaks" qui dépeint des artistes réels atteint de véritables déformations : http://elisandre-librairie-oeuvre-au-noir.blogspot.fr/2016/05/freaks-par-gail-potocki.html