lundi 13 octobre 2014

Peintures animées par Rino Stefano Tagliafierro


L'artiste Italien Rino Stefano Tagliafierro a revisité une centaine de tableaux pour faire émerger toute l'émotion que renferment ces peintures. Il va au-delà de l'image figée et imagine une suite de mouvements toujours très réalistes à ces scènes.

Entre beauté, sensualité et monstruosité, Rino Stefano Tagliafierro revisite l'émotion que transmet chacun de ces tableaux. Son point fort ; être capable de pousser l'émotion à l'extrême.

En animant les personnages, il leur offre des gestes et des intentions nouvelles, mais tout en gardant une certaine cohérence.










Ci-dessous  "Beauty", la vidéo réalisée par l'artiste.


vendredi 10 octobre 2014

Lake View Cemetery - Haserot Angel


Le Lake View Cemetery à Cleveland renferme de nombreuses tombes célèbres, y compris celles des présidents et magnats des affaires, mais la plus troublante est celle qui est connue sous le nom d'Haserot Angel.

L'ange stoïque assis sur la tombe de marbre de Francis Haserot, tient son bâton d'une posture de vainqueur, son nom : "The Angel of Death Victorious" ne fait que confirmer sa pose.
En raison de l'effet de l'altération et de l'érosion du bronze, des larmes de sang noires semblent sillonner le visage de la statue. Combinée avec l'impressionnant travail de sculpture, cette fonction lacrymale attire un grand nombre de visiteurs chaque année.

Cette oeuvre a été réalisée par le sculpteur Herman Matzen en 1924.




Par Zephania

Par macqueenart


lundi 22 septembre 2014

Cauchemar par Grzegorz Kmin et Paul Verlaine


Grzegorz Kmin est un artiste polonais. 

Neurophysiologiste de profession et artiste par choix, il crée sous le pseudo d'Aspius.

Ses illustrations tout aussi macabres que grotesques sortent tout droit des pires cauchemars que nous pouvons faire.

Le site de l'artiste : http://aspius.deviantart.com/


Cauchemar par Paul Verlaine

J'ai vu passer dans mon rêve
- Tel l'ouragan sur la grève, -
D'une main tenant un glaive
Et de l'autre un sablier, 
Ce cavalier

Des ballades d'Allemagne 
Qu'à travers ville et campagne, 
Et du fleuve à la montagne, 
Et des forêts au vallon, 
Un étalon

Rouge-flamme et noir d'ébène, 
Sans bride, ni mors, ni rêne, 
Ni hop ! ni cravache, entraîne 
Parmi des râlements sourds 
Toujours ! toujours !

Un grand feutre à longue plume
Ombrait son oeil qui s'allume 
Et s'éteint. Tel, dans la brume,
Éclate et meurt l'éclair bleu 
D'une arme à feu.

Comme l'aile d'une orfraie
Qu'un subit orage effraie,
Par l'air que la neige raie,
Son manteau se soulevant
Claquait au vent,

Et montrait d'un air de gloire 
Un torse d'ombre et d'ivoire, 
Tandis que dans la nuit noire 
Luisaient en des cris stridents 
Trente-deux dents.