dimanche 19 juin 2016

Theatrum mortis humanæ tripartitum - Janez Vajkard Valvasor,1682


Theatrum mortis humanæ tripartitum, en trois parties, par Janez Vajkard Valvasor, Johann Weichard, 1641-1693 ; Koch, Johannes, 1640-1702, illustrations Trost Andreas,  Valvasor, Janez Vajkard, Laybach, Saltzburg, 1682 
I. Pars. Saltum Mortis
II. Pars. Varia genera Mortis
III. Pars. Poenas Damnatorum continens

Alors que la plupart des œuvres de Valvasor partagent l'esprit scientifique fondé sur des recherches minutieuses et sur l'observation attentive des phénomènes naturels, une autre de ses publications, fut différente, il s'agit de son "Theatrum Mortis Humanæ Tripartitum", de 1682 ; un ouvrage consacrés à la mort.

La première partie est une "danse de la Mort", la deuxième partie traite de la mort, à savoir le décès de personnages célèbres, tandis que la troisième partie contient 42 illustrations de personnes torturées par des démons.













samedi 18 juin 2016

Olivier de Sagazan - Peintre - Sculpteur - Performer


Né en 1959 à Brazzaville (capitale politique du Congo), Olivier de Sagazan est aujourd’hui établi à Saint-Nazaire en France. Au début des années 80, sa passion pour le corps humain le pousse à suivre une formation en biologie, qu’il enseigne à son tour quelques années plus tard. Pourtant, l’homme de science s’intéresse aussi de près à l’art, notamment l’art africain traditionnel. C’est de l’union de ses intérêts et de ses origines que l’artiste développe une technique particulière, qui naît d’abord sous forme de peinture et de sculpture.

Son style, qu’il qualifie d’expressionniste, est unique. Le mouvement et le relief sont omniprésents dans ses toiles. Ses sujets, qu’ils soient disséqués sur la table d’autopsie, animés d’une danse abstraite ou simplement traités sous forme de portrait partagent tous un même thème: la transformation.

Le site de l'artiste : http://olivierdesagazan.com/









samedi 4 juin 2016

Le "Clavis Artis" attribué à Zoroastre


"Clavis Artis" est le titre d'un manuscrit alchimique publié en Allemagne, en trois volumes, à la fin du 17ème ou au début du 18ème siècle.  Attribué à Zoroastre (Zarathoustra), il est agrémenté de nombreuses illustrations à l'aquarelle représentant des images alchimiques, ainsi que de dessins à la plume représentant des instruments de laboratoire d'alchimie.

Trois exemplaires du manuscrit sont connus, l'un à la Biblioteca dell'Accademia Nazionale dei Lincei à Rome, un à la Biblioteca Civica Attilio Hortis à Trieste, et un à la Bayerische Staatsbibliothek de Munich.
Il n'y a pas d' informations sur l'auteur ni sur l'origine du manuscrit, mais il existe quelques références à un ordre rosicrucien Orden der Gold- und Rosenkreutzer).

Au coeur du débat, il est dit que l'auteur pourrait être "Abraham Eleazar", qui a écrit un texte alchimique bien connu, le Uraltes Chymisches Werk .