samedi 9 janvier 2016

Lycaon Roi d'Arcadie ou l'origine des Loups-Garous

Jupiter et Lycaon par Jan Cossiers, début du XVIIe siècle 

Dans la mythologie grecque, Lycaon (en grec ancien "Loup") est un roi d'Arcadie. Il passe, selon les versions, pour le fils de Pélasgos et de Mélibée, Cyllène ou Déjanire, ou encore pour un autochtone (enfant spontané de la terre).

Il était réputé pour son mépris des dieux. Zeus, pour le mettre à l'épreuve, se présente à lui sous les traits d'un mendiant. Lycaon le reçoit à sa table et lui fait servir de la chair humaine (son propre petit-fils Arcas dans certaines versions). Indigné, Zeus foudroie ses cinquante fils, ressuscite Arcas (qui montera ensuite sur le trône), et change Lycaon lui-même en loup. Une autre version rapporte que c'est un otage molosse qu'il fit cuire, or ce peuple était apparenté à Zeus et de surcroît, en agissant ainsi, Lycaon bafoue les règles de l'hospitalité.

Selon une autre version encore, il sacrifie un enfant à Zeus sur le mont Lycée, ce qui provoque l'ire du dieu.

Ovide, "Les Métamorphoses", Paris, Delormel, Leclerc, 1767-1771

Suivant le récit du philosophe Théophraste, qui a traité des sacrifices humains, lors des fêtes lycéennes, les sacrifices humains qui se faisaient en Arcadie étaient apportés par la communauté collectivement. Diverses légendes couraient à propos de ce sanctuaire et de ses rites : les hommes et les animaux ne jetteraient aucune ombre dans l’enceinte sacrée, et tous ceux qui y seraient entrés seraient morts dans l’année ; lorsque l'on aurait goûté à des entrailles humaines, découpées en morceaux mélangés aux autres victimes de sacrifice, on serait transformé en loup (la punition infligée à Lycaon par Zeus).

D’après le récit d’Ovide, c’est l’impiété de Lycaon qui déclencha le Déluge, auquel survécurent Deucalion et Pyrrha : « Lorsque le père des hommes, fils de Saturne, a vu ce spectacle, il gémit et, se rappelant un crime trop récent encore pour avoir été divulgué, l'horrible festin servi à la table de Lycaon, il en conçoit au fond du cœur un courroux terrible, digne de Jupiter... »

Pierre Paul Rubens, "Lycaon changé en loup", 1638

Lycaon changé en loup par Rusconi  Giovanni Antonio (v. 1520-1587)


La métamorphose de Lycaon, illustration d'Hendrik Goltzius pour le livre I des "Métamorphoses d'Ovide"

Lycaon par Hubert-François Bourgignon dit Gravelot (1699-1773)

Le Roi Lycaon changé en loup par Zeus, gravure du XVIe siècle


Claude Prieur, Dialogue de la lycanthropie ou transformation d'hommes en loups, vulgairement dits Loups-garous, et si telle se peut faire. Auquel en discourant est traicté de la manière de se contregarder des enchantements et sorcelleries. 
A Louvain : chez Jehan Maes et Philippe Zangre, 1596



Aucun commentaire: