vendredi 11 novembre 2016

Le cimetière souterrain des Fontanelles à Naples et les âmes du Purgatoire


Le Cimetière Fontanelle est une ancienne nécropole située dans la Vallée de la Mort à Naples. Il s'agit d'une caverne de 30 000m² sur la colline de Capodimonte. Elle contient les squelettes de ceux qui étaient trop pauvres pour se payer un enterrement plus somptueux. 

La nécropole fut ouverte au XVIème siècle. Cette ancienne cave de tuffeau est maintenant ornée de 40 000 crânes humains qui reposent là depuis des siècles, sagement alignés sur des lits de fémurs. Un ossuaire qui s'est constitué au fil des épidémies de peste et de choléra qui ont dévasté Naples.

Capuzzella signifie petit crâne en dialecte napolitain, mais c'est un terme très affectueux. Ces crânes, censés appartenir à des âmes du purgatoire, sont l'objet d'un culte particulier.

" Les moines obscurantistes du Moyen-âge avaient inventé le "Purgatoire ",  pénible étape supplémentaire entre la vie et le paradis. Sans sépultures décentes, les pauvres morts des Fontanelles erraient donc comme des âmes en peine. De leur côté, les Napolitains, entre guerres, misère, peste et choléra, vivaient l’enfer sur terre. Chacun, homme ou femme, adoptait un crâne, le débarrassait de ses souillures, le lavait, le polissait, lui offrait un tapis de velours, des fleurs fraîches et la flamme d’une bougie. Les ménagères déposaient leur cabas plein de poireaux et de gousses d’ail. Et priaient, priaient, jusqu’à ce que leurs murmures sacrés atteignent le purgatoire et réchauffent les âmes transies.
Le vivant adoptait un crâne, lui donnait un nom, prenait soin du mort mais l’âme le lui rendait bien : « Doc Ut Des », « donnant-donnant », un mélange de dévotion, de rite macabre de commerce équitable. Là-haut, suspendu entre deux mondes, l’esprit pouvait éloigner le malin, soigner l’enfant malade, faire revenir le mari adultère et surtout, initié aux secrets de la numérologie, il avait la faculté de révéler le numéro de loto gagnant. Entre le vivant et son crâne, naissait un attachement profond, presque charnel, un amour fou, une passion." (Jean-Paul Mari)

Certaines capuzzelle ont la calotte crânienne découpée avec précision : des condamnés à mort dont les cerveaux furent prélevés par les carabins pour leurs études d'anatomie. D'autres sont retournées face à la paroi rocheuse : une punition infligée pour ne pas avoir exaucé les grâces.  Autrefois, les Napolitains dormaient dans le cimetière pour entrer en communication avec un parent disparu grâce à l'intervention d'une capuzzella et les messes noires étaient fréquentes. Ce paganisme a conduit l'Église à fermer le cimetière en 1979.

Augusto De Luca















Aucun commentaire: