samedi 13 septembre 2008

PELADAN ET LA ROSE-CROIX


Péladan et les Rose-Croix.

"Artiste tu es mage : l’Art est le grand miracle et prouve notre immortalité. "

Joseph Péladan, dit Joséphin (Il s’était donné à lui-même le titre de Sâr). Né à Lyon le 28 mars 1859, mort à Neuilly-sur-Seine, le 27 juin 1918. Figure pittoresque de l’époque symboliste ; néo-catholique et mystique. En 1888, Péladan est le co-fondateur avec Stanislas de Guaïta de l’Ordre Kabbalistique de la Rose-Croix, on peut également découvrir dans cet ordre, Papus, Erik Satie et Claude Debussy.

Le 14 Mai 1890, le Sar Péladan lança des manifestes épiscopaux (acta syncelli) sur les Arts, les courses de taureau et l'excommunication de l'épouse Rotschild pour crime de sacrilège et icinoclastie. Il fit scandale, car il nomma la R+C, parla en son nom dans un langage outrancier, citant un tribunal vehmique, au nom de toutes les religions, ad crucem per Rosam. Surtout ses amis craignirent des assimilations douteuses avec la Rose Croix authentique. Il y eut rupture, la première cause est l'opposition entre le catholicisme farouche de Péladan et l'œcuménisme de Stanislas de Guaita. La séparation est officialisée en juin 1890, dans l'initiation, le journal de Papus. Péladan, devenu Sâr Mérodack Péladan, reconnaît l'intérêt du travail commun des membres de cet ordre pour renforcer le courant hermétique. Mais il met en avant son caractère absolutiste de catholique romain, en opposition à l'éclectisme de ses pairs qui s'intéressent également au bouddhisme et au spiritisme. Il déclare alors désirer simplement détacher de la Rose-Croix un tiers-ordre intellectuel pour les Romains, les Artistes et les femmes

Egalement en représailles, le Sar Péladan rompit définitivement en se proclamant Grand Maître et Hiérarque suprême du Tiers Ordre de la Rose Croix Catholique ; il promut ainsi la Rose Croix du Temple et du Graal. Il se dissocia du premier mouvement. Un mandement, adressé à Papus, paraîtra dans la revue l'Initiation (n° 8 Mai 1891) daté du 17 février 1891 où Péladan déclare : « ...je me consacre tout entier à ma Rose-Croix catholique ».

Il inaugure le 17 Mars 1892 les salons de la Rose Croix et les soirées de la Galerie Durand-Ruel. En 1893, les salons eurent lieu au Palais du Champ de Mars.

Stanislas et Papus pendant ce temps oeuvraient au sein de l'Ordre Kabbalistique de la Rose Croix. Leur Ordre délivrait trois degrés, sanctionnés par des examens, épreuves orales en soutenant des thèses contrôlées et publiées, pour obtenir le titre de Docteur en Kabbale. Il convenait également d'obtenir les trois degrés martinistes.
Cette guerre déclarée entre les deux Ordres, fut nommée, la Guerre de Deux Roses.
Les communiqués et déclarations se succèdent dont la revue l'Initiation se fait l'écho, par des mises au point, des comparaisons. En Août 1891, la revue publie un supplément considérant que Péladan a créé une secte schismatique. Péladan malgré ses qualités sera considéré comme un bon fumiste.

Barlet, en avril 1892 dans l'Initiation, résume et critique l'ouvrage de Péladan « Comment on devient mage » tout en déclarant que cette oeuvre est excellente à la culture psychique. « La magie de Peladan est la magie de l'art. Mais, pas plus qu'aucun de nous, Peladan n'est un mage et c'est avec joie que nous le proclamons tous, même en science occulte, un grand artiste ». Dans la même revue paraît un extrait du règlement de l'Ordre Kabbalistique.

Le 24 Mars 1893, le suprême Conseil de la Rose Croix, avec les signatures de Stanislas de Guaïta, Barlet et Papus, condamnait Péladan comme usurpateur, schismatique et apostat, le dénonçant lui et sa prétendue Rose Croix catholique au tribunal de l'opinion publique.

Le XIXe siècle est aussi celui du réveil des Occultistes, qui veulent restaurer la sagesse du passé, voire même, comme Papus, en faire une science à l'égal de celles qu'on enseigne dans les universités. Joséphin Péladan se situe à la charnière des mouvements symbolistes et occultistes. Artiste, il se place dans la mouvance des symbolistes et, occultiste, il se présente comme un initié de la Rose-Croix.

L'époque où les salons rosicruciens ouvrent leurs portes est en pleine effervescence artistique. Nous sommes au coeur de ce que l'on appelle dans l'histoire de l'art le Symbolisme. Les peintres de cette mouvence veulent devenir les mystiques de l'art. Ils s'opposent au réalisme académique, et sous leur implusion, beaucoup de salons privés se tiennent en marge des manifestations officielles. Les Salons de la Rose-Croix furent parmi les plus prestigieux d'entre eux. Le Sâr Péladan, à l'image de John Ruskin pour les Préraphaélites anglais, se donne le rôle de mentor des peintres symbolistes. Il veut ruiner le réalisme et réformer le goût latin en créant un mouvement d'art idéaliste.

En 1892, il organise le premier Salon de la Rose-Croix à la célèbre galerie parisienne Durand-Ruel. Soixante artistes français et étrangers y exposent leurs œuvres que 22 000 visiteurs viennent admirer au son du prélude de Parsifal. En effet, Joséphin Péladan se passionne pour la musique de Richard Wagner qui constitue, à ses yeux, « une thérapeutique pour désintoxiquer la France de son matérialisme ». Il y aura au total six Salons de la Rose-Croix. Le dernier est organisé en 1897, dans la galerie Georges-Petit. Après celui-ci, Joséphin Péladan décide la mise en sommeil de son ordre : « Je rends les armes. La formule d’art que j’ai défendue est maintenant admise partout, et pourquoi se souviendrait-on du guide qui a montré le gué,
puisque le fleuve est passé. »

Petite bibliographie :

De l'Androgyne
Introduction aux Sciences Occultes - La Grande Revue
Les Amants de Pise
Le Vice Suprême
Anatomie homologique. (Oeuvre posthume)
Traité de la Peinture/Léonard de Vinci
L'androgyne - La Décadence Latine Ethopée ; VIII)
Comment on devient mage - Amphithéatre des Sciences Mortes
Commen on devient Fée - Amphithéatre des Sciences Mortes
L'occulte catholique - Amphithéatre des Sciences Mortes
Le Panthée - La Décadence Latine
La queste du graal : proses liriques de l'éthopée - La Décadence Latine
La torche renversée - La Décadence Latine
_________________________________
Je vous propose à la vente :
"De l'Androgyne", par Peladan, Editions E. Sansot et CIe, Collection "Les Idées et les Formes", Paris, s.d. (1910), reliure percaline, format in-12, 136 pages.~L'ouvrage est illustré d'un frontispice "Création de l'homme et de la femme". Bon état - PRIX : 45 euros.
_______________________
"Introduction aux Sciences Occultes - La Grande Revue", par Peladan, reliure percaline, couverture originale conservée, in-8, 40 pages.
Numéro spécial du 1er mai 1902 consacré à l'Introduction aux Sciences Occultes par Peladan. Bon état. RARE - PRIX : 50 euros.
_______________________
"Le Vice Suprême, préface de Jules Barbey d'Aurevilly", par Peladan, Editions du Monde Moderne, Paris, 1926. Broché, in-12, XX 398 pages.
Exemplaire numéroté sur Alfa Bouffant. Bon état. - PRIX : 50 euros
_______________________
"Les Amants de Pise", par Peladan, Edition Nelson, Paris, s.d. (vers 1930), couverture toile, format in-12, 380 pages.
Bon état, couverture légèrement défraîchie. - PRIX : 12 euros
_______________________
"De l'Androgyne - Théorie Plastique", par Peladan, Ed. Savoir pour Etre, 1994. In-8, 71 pages.
Bel état. Illustrations - PRIX : 15 euros.

Aucun commentaire: