samedi 1 décembre 2012

Sombre Iwan Gilkin....

Sombre, émouvant et cruel, Iwan Gilkin (1858-1924), ce poète belge, peut sans conteste être classé dans la lignée de Baudelaire et de Lautréamont.




LE MAUVAIS JARDINIER

Dans les jardins d’hiver des fleuristes bizarres
Sèment furtivement des végétaux haineux
Dont les tiges bientôt grouillent comme les nœuds
Des serpents assoupis aux bords boueux des mares.

Leurs redoutables fleurs, magnifiques et rares,
Où coulent de très lourds parfums vertigineux,
Ouvrent avec orgueil leurs vases vénéneux.
La mort s’épanouit dans leurs splendeurs barbares.

Leurs somptueux bouquets détruisent la santé
Et c’est pour en avoir trop aimé la beauté
Qu’on voit dans les palais languir les blanches reines.

Et moi, je vous ressemble, ô jardiniers pervers !
Dans les cerveaux hâtifs où j’ai jeté mes graines,
Je regarde fleurir les poisons de mes vers




AMOUR D'HÔPITAL par Iwan Gilkin

Ô Reine des douleurs, qui rayonnes de sang
comme un rubis royal jette une flamme rouge,
le forceps, qui t'a mise au monde dans un bouge,
d'un signe obscène doit t'avoir marquée au flanc.

Dans ton œil, où voyage un reflet satanique,
le meurtre se tapit sous un velours de feu,
ainsi qu'au fond d'un ciel amoureusement bleu
dans les vents parfumés flotte un mal ironique.

Tu t'es faite, ô ma sœur, gardienne à l'hôpital,
pour mieux repaître tes regards d'oiseau de proie
du spectacle écœurant, cruel et plein de joie
de la chair qui se fend sur le couteau brutal.

Dans le grouillis rougeâtre et gluant des viscères,
des muscles découpés, des tendons mis à nu,
des nerfs, où vibre encore un vouloir inconnu,
des glandes qu'on incise et des flasques artères,

tu plonges tes deux bras polis, avidement,
tandis qu'erre un divin sourire sur tes lèvres,
et que sur son chevet, où bondissent les fièvres
le moribond t'appelle et parle doucement.


Car ton visage, pur comme un marbre, te donne,
sous ta coiffe de toile et ton noir chaperon,
ô vierge au bistouri, vierge au cœur de huron,
le resplendissement d'une madone.

Sur ton sein, les stylets, les pinces, les ciseaux,
la spatule, la scie équivoque et les sondes,
bijoux terrifiants et breloques immondes,
comme un bouquet d'acier étoilent leurs faisceaux.


Tes doigts fins, à tremper dans les pus et les plaies,
en ont pris le tranchant affilé des scalpels;
et l'odeur de ton corps suave a des rappels
de putréfactions rances, dont tu t'égaies.

Car ton âme de monstre est folle des gaîtés
cocasses de la couche où le mourant se cabre
dans les convulsions de la danse macabre,
et la mort a pour toi d'hilarantes beautés.

Qui nous expliquera ta funèbre hystérie,
pauvre femme, produit de ce siècle empesté?
On dit que ton baiser trouble la volonté
et communie aux os une lente carie.

Mais de ton mâle cœur monte un puissant amour.
Comme un vin orgueilleux, plein de rouges prestiges,
sa riche odeur de sang évoque les vertiges
et ronge les cerveaux mieux qu'un bec de vautour.

Et c'est pourquoi, vaincu par la coquetterie
de ta forme divine et de tes noirs instincts,
en toi j'adore, enfant des sinistres destins,
l'Horreur fascinatrice et la Bizarrerie.




SYMBOLE

Voici qu’à l’horizon coule un fleuve de sang.
De sa pourpre lugubre et splendide il inonde,
Sous les cieux consternés, l’orbe muet du monde,
Où l’horreur d’un grand meurtre invisible descend.

Ainsi qu’au lendemain des épiques désastres
Pour les princes vaincus on drape l’échafaud,
La Nuit, sur le zénith, debout comme un héraut,
Étend l’obscurité de son deuil larmé d’astres.

Exsangue et phosphoreuse, ô tête dont la chair
A gardé la pâleur et le froid de l’épée, -
Lumineusement roule une lune coupée
Dans le silence noir et la terreur de l’air.

Rien ne s’anéantit. Tout ce qui fut, persiste.
Les crimes d’ici-bas renaissent dans les cieux.
Ce soir, dans le palais aérien des dieux,
Hérodiade a fait décoller Jean Baptiste



5 commentaires:

Sephira a dit…

J'aime beaucoup ton blog Elisandre.
Merci de m'avoir fait découvrir ce poète. J'aime particulièrement "Le mauvais jardinier".

ELISANDRE a dit…

Merci pour ton commentaire, heureuse d'avoir contribué à te faire connaître ce poète qui a été également pour moi une révélation.

Anonyme a dit…

j'aime beaucoup le mauvais jardinier également, pensez-vous que le jardinier soit en fait l homme qui ne prend pas assez soin de sa crétion (les poèmes) et que ceux-ci en deviennent vénéneux?

ELISANDRE a dit…

Je pense que l'auteur parle effectivement du poète et des "vers" qui peuvent refléter une autre signification que celle voulue.

baba a dit…

Une découverte, ces textes! c'est "amour d'hôpital" qui me scotche...on y sent effectivement Baudelaire ("à une charogne" et "remords posthume" me viennent spontanément en tête ).