jeudi 7 juin 2012

Ballade macabre à Whitechapel avec Jack l'éventreur et Robert Desnos

Jack the Ripper par SpookySally

À l’origine du livre "Jack l'Eventreur" de Robert Desnos, un fait-divers qui a eu lieu à Saint-Denis en 1928 : Une femme est retrouvée coupée en morceaux au bois de Marly. Robert Desnos s’inspire donc de cette macabre découverte et publie en 1928 une série d’articles dans Paris Matinal autour du célèbre Jack l’éventreur.
Dans ce texte, on retrouve la capacité de Desnos à flairer les effluves les plus subtiles de l’air du temps et à les rendre sensibles, sans code préétabli, à tout un chacun.


Morning in Whitechapel par Wreckles

"La figure de Jack l’Éventreur est absolument légendaire. Nul ne l’a jamais vu, ou plutôt les personnes qui l’ont vu n’ont jamais pu le décrire car on a retrouvé que leurs corps, horriblement mutilés.

Ceux et celles qui ont rêvé de lui, car le merveilleux se mêle à ces tragiques exploits, assurent que Jack l’Éventreur se présentait à eux sous l’aspect d’un homme extrêmement élégant, avec un ténébreux et beau visage, des mains extrêmement fines et des poignets dont la minceur n’excluait pas la robustesse." (Robert Desnos)


Jack the Ripper par AngelDemonn

Jack the Ripper par AngelDemonn

"Le long de la rue déserte, un dandy s’en va maintenant en sifflotant un air à la mode.
L’ivrognesse est toujours étendue sur le trottoir au centre d’un grand tapis de pourpre où
les astres se reflètent. Le policeman qui, tout à l’heure, se penchera sur elle pour l’engager
d’un ton persuasif à aller ailleurs cuver son vin s’apercevra alors qu’elle est morte. Ses bras
sont mollement étendus le long de son corps.
Le visage est exsangue, les lèvres décolorées. La gorge béante ne saigne plus, car les veines
de la malheureuse sont vides de sang. Elle est morte sans se débattre,sans lutter. Et là où elle
est morte son corps est resté. La bouche ouverte dans un effroyable rictus a perdu cinq
dents. La langue a été coupée. La trace des doigts, à peine marquée, est cependant visible
encore en dessous de la mâchoire et sur la joue droite..." (Robert Desnos)


Jack the Ripper III par AngelDemonn

Jack the Ripper par Fenrizulf

Jack par ichigopaul23


« C’est alors qu’elle rencontra ce singulier promeneur. Il portait un costume bien rare à Whitechapel : seule la blancheur de sa cravate et de son plastron trouait le noir impeccable de sa cape et de son habit. Sur son chapeau de soie et ses souliers vernis, la fureur tremblotante des réverbères mettait de fugitifs reflets. » (Robert Desnos)


Myself-Not-Me

atomicranchgal

Jack the Ripper's Front Door par McKNIGHT5

danverkys





La Chambre de Jack l'Eventreur par Walter Sickert

Récemment le nom de Sickert a été associé à celui de Jack l'éventreur. Le peintre lui-même fut intéressé par les crimes du tueur en série et croyait avoir habité dans le même logement que lui, se basant sur les dires de sa propriétaire qui suspectait un précédent locataire. Il peignit la chambre de ce logement, un espace sombre, menaçant, presque confus, et l'intitula Jack the Ripper's bedroom (la chambre à coucher de Jack l'éventreur).





2 commentaires:

Lily-Jack a dit…

L'article était intéressant, mais je n'aime pas du tout les oeuvres présentées.

Hugyz a dit…

J'ai adoré cette présentation agrémentée des toutes ces oeuvres. Malgré le caractère peut-être macabre, elles mettent en valeur le sujet et démontre à quel point ces meurtres furent épouvantables. Bravo à l'auteur. D'ailleurs je me suis permis d'indiquer un lien dans mon site consacré à Jack the Ripper. Si jamais, voici l'adresse : the-ripper.e-monsite.com