samedi 28 décembre 2013

Les Boîtes de Charles Matton

Le Grenier de Sacher Masoch

Charles Matton, également connu sous le pseudonyme de Gabriel Pasqualini, né le 13 septembre 1931 à Paris, mort le 19 novembre 20081, est un artiste pluridisciplinaire français : peintre, sculpteur, illustrateur, écrivain, photographe, vidéaste, scénariste et réalisateur de cinéma.

Je ne présenterai dans cet article que ses boîtes.

C'est durant les années 1980 que Charles Matton va développer sa technique dite des "Boîtes", préalablement appelée Reconstitutions de lieux, Réductions de lieux ou Espaces miniatures. Elles représentent une étape d’un processus destiné à éviter à Matton un engorgement mental conséquent de la peinture figurative réaliste. En effet, le temps nécessaire à la création d'un tel tableau entraîne chez Charles Matton le désir d'en moduler certains aspects, de décliner, d'encercler son sujet. La solution réside dans les possibilités de gain de temps qu'offre la photographie. Si Charles Matton désire peindre un tableau représentant un intérieur, il photographiera un espace empli des accessoires choisis, puis peindra sur le tirage. Mais il n'est pas simple de trouver une couleur idéale pour un mur, un canapé ou un luminaire. C'est ainsi qu'a surgi l'idée de fabriquer ce petit monde réduit parallèle, qui pourra se décliner à l'infini. Charles peint les murs, sculpte les meubles et les accessoires, photographie les paysages qu'il place derrière des fenêtres, éclaire l'ensemble de différentes façons. Tel un démiurge, il maîtrise ainsi totalement son sujet qu'il photographie, puis met en peinture. Toutes ses envies de déclinaisons, il les expérimente alors sans le moindre souci : la lumière du matin devient celle du soir, il recouvre le piano d'un drap, change la couleur des rideaux, etc.

Studio de Francis Bacon

L'atelier de Francis Bacon

L'atelier de César

« J’aime chez Charles Matton cette familiarité obsessionnelle qu’il entretient avec les objets, le sentiment de leur évidence, qui est plus qu’un sentiment esthétique, et qui tient de l’exorcisme et de la magie. Faire surgir l’objet, voilà qui est plus important que de le faire signifier. » Jean Baudrillard

Petit matin au Café de Flore

Chambre d'un collectionneur

Chambre de William Burroughs

Le Bureau de Sigmund Freud

Hommage à Marcel Proust

Manhattan Library

Loft de New York, 1986

Bibliothèque de Babel, hommage à Borges

Aucun commentaire: