mercredi 15 février 2012

"Le pop-surréalisme" au pays des merveilles avec Marion Peck



Marion Peck, compagne de Mark Ryden,  nous présente des oeuvres déjantées appartenant à un courant, que l'on nomme outre-atlantique "pop surréalisme".
J'avais parlé de monsieur dans cet article ; à ceux qui veulent le (re)découvrir, c'est ici : Mark Ryden
Le site de Marion Peck : http://www.marionpeck.com/

Mark Ryden et Marion Peck photographié chez eux par Mark Berry

Ce mouvement principalement originaire de la côte ouest des Etats-Unis a vu le jour dans les années 1970 avec Robert Williams et Gary Panter. Le terme de "pop surréalisme" regroupe des artistes aux styles très différents, sans avoir de manifeste commun ou d'unité stricte. Il désigne plutôt un style de peinture qui se trouve au croisement de l'art et de la pop culture. Ce mouvement a véritablement explosé dans les années 1990. Les artistes "pop surréalistes" explorent les plaisirs et cauchemars de la culture américaine dans des peintures audacieuses, provocantes et quelquefois violentes, comme celles du tenant de ce mouvement, Mark Ryden.

"Good Christian Children"

Ce mouvement artistique se veut beaucoup moins élitiste, en reprenant des influences, des figures et formes très populaires, du dessin animé aux animaux de compagnie. Il s'agit d'une peinture presque exclusivement figurative. La narration est également un élément très important dans ce mouvement. Chaque peinture pourrait en effet être extraite d'un film ou d'une bande dessinée.

Comme on peut le constater dans les oeuvres de Marion Peck, les artistes "pop surréalistes" ont été particulièrement influencés par le cartoon en général, de Disney à Robert Crumb.

L'humour est ainsi très présent avec un détournement récurrent des modèles de la société américaine, des icônes mais aussi des idéaux classiques de la beauté, comme le fait systématiquement Marion Peck. Dans ces peintures, l'ordre des choses est modifié dans un esprit carnavalesque où la figure de l'imbécile devient héroïque, le laid devenant sublime. Les artistes expriment ainsi leur rejet de certaines valeurs et leurs commentaires sur la société. L'aspect subversif et antisocial est très souvent présent dans ces peintures.

"The Divine Swine" 

"Solve et Coagula"

"Peasant Dance" 

"Dream #57 Night in Venice" 

"Young Lord Oliver"

"Queen Charles of Wessex"

"Li Li Ridin' through the Garden of Eden"


3 commentaires:

Fr@nKeIn$OuNd a dit…

l'art pour moi est le mirroir de l'âme.....
S'y refleter est un bon moyen de lutter contre le néant du temps.
C'est aussi hors piste que chez moi leur maison :)X(:

Fr@nKeIn$OuNd a dit…

J'avais oublier
"Pop Suréalisme" il n'y a que les américains pour pondre une définition aussi fade....
Non c'est du "romantisme jouisif" du mélancolart et plein d'autres choses qu'une étiquette pouet pouet;)

ELISANDRE a dit…

Je suis tout à fait d'accord avec vous...tout autant que pour l'expression "Pop Surréalisme", mais cette tendance artistique veut se retrouver dans ce nom, je dois leur laisser cela, même si je préfère "mélancolart".
J'en profite pour vous remercier de tous vos commentaires si pertinents.